La légende de Momotarō

L'île des oni 鬼

By arnaud In Escales
Croisière sur l'ile des Ogres dans la mer de Séto

Croisière sur l’ile des Ogres dans la mer de Séto

Au cours de votre croisière, vous ferez escale à Megi-jima.

Megi-jima (女木島) est une petite île de la mer de Séto,  sa superficie est de 2,66 km², un littoral de 8,9 km et une population d’environ 200 habitants.

L’île est associée à l’île mythique d’Onigashima (« île des ogres »), visitée par le personnage folklorique Momotarō.  Une agréable promenade vous mène au sommet de l’île d’où on jouit d’une vue à 360 degrés sur la mer intérieure de Seto. C’est là que se trouvent les grottes qui sont la demeure des ogres de la légende.

vue à 360° by n24kn (panoramio)

La légende de Momotarō

Selon la version de la légende, datant de l’Époque d’Edo (1603 – 1868), Momotarō est venu sur Terre dans une pêche qui descendait une rivière. Il a été découvert par une vieille femme qui y lavait son linge. Celle-ci l’a adopté et élevé avec son mari. Momotarō leur explique qu’il a été envoyé par les cieux pour être leur fils.

Momotarō est venu sur Terre dans une pêche

Momotarō est venu sur Terre dans une pêche

Cependant, Momotarō était paresseux et trouvait des excuses pour ne pas travailler. Quand il se décida à aller chercher « un peu » de bois, il revint avec un arbre énorme. Ceci attira sur lui l’attention du seigneur, lequel lui demanda de quitter ses parents pour aller combattre des démons sur l’île d’Onigashima.

En chemin, Momotarō rencontre un chien, un singe et un faisan avec lesquels il se lie d’amitié. Ils vaincront les démons et leur chef, Ura. Il retournera chez ses parents avec ses amis et le trésor des démons. Lui et sa famille passèrent une vie agréable tous ensemble.

Momotarō est associé à la ville d’Okayama, où l’histoire aurait été inventée. Certains historiens pensent qu’elle trouve ses origines dans l’antiquité, lorsque le prince déifié Kibitsuhiko-no-mikoto aurait été envoyé par son père l’Empereur Kōrei pour soumettre la province de Kibi. Comme le dit le proverbe « seul les vainqueurs écrivent l’Histoire » et comme ce fût souvent le cas dans l’Histoire du Japon, les ennemis furent diabolisés et associés à des Yokai, qui à leur tour rejoignirent le folklore populaire.

L’île des ogres

Les oni () sont des créatures du folklore japonais populaire dans les arts, la littérature et le théâtre nippon1.

Oni chassé par des jets de haricots (détail), Hokusai

Oni chassé par des jets de haricots (détail), Hokusai

Leur apparence diverge de source en source, mais ils ont habituellement : une forme humanoïde, une taille gigantesque, des griffes acérées, deux cornes protubérantes poussant sur leur front, des poils ébouriffés et un aspect hideux. Cependant, comme leur forme n’est pas totalement définie, certains détails de leur anatomie varient énormément comme : le nombre d’yeux, de doigts ou d’orteils qu’ils possèdent, ou bien la couleur de leur peau, qui est par contre généralement rouge ou bleue. Quoi qu’il en soit, ils entretiennent des similitudes avec les trolls et les ogres ; en français, on traduit leur nom par « démons » ou « diables ».

Les oni sont couramment dépeints portant des pagnes de peau de tigre et maniant un gourdin de fer appelé kanabō (金棒). De cette représentation découle l’expression « oni-ni-kanabō » (鬼に金棒, oni avec un gourdin de fer), c’est-à-dire être invincible ou imbattable. Elle peut aussi être utilisé dans le sens « de fort au-delà de fort » ou celui de voir une ou plusieurs de ses habilités naturelles améliorées grâce à l’utilisation d’un outil.

 

momotaro2-by-n24kn