Des escales mystiques

Visitez des temples shintō ou bouddhistes

By arnaud In Escales 鳥居 torii & 門 mon

Si le Japon nous apparaît de l’extérieur comme un pays ultramoderne, urbain et occidentalisé vous approcherez, au cours de votre croisière, la véritable culture japonaise. Une vie imprégnée d’un culte authentique de la nature et des ses forces, d’une mystique vivante shinto ou bouddhiste et d’un art du vivre ensemble fait de respect mutuel et de travail au service de la collectivité.

Shintoisme & bouddhisme

La plupart des Japonais ont une vision neutre de la religion et en pratiquent plusieurs dans leur vie, principalement le bouddhisme et le shintoïsme. Bien que ces religions partagent certains points communs, il y a des marques importantes qui permettent de les différencier, en particulier sur le plan architectural. On parle ainsi de sanctuaires shinto et de temples bouddhistes. La plupart du temps, l’entrée de ces édifices religieux est reconnaissable pour les sanctuaires à un 鳥居 torii (« portique »), et pour les temples à un 門 mon (« porte ») à la structure sensiblement plus complexe.

HashirajimaLe shintoïsme est né au Japon d’un mélange entre animisme, chamanisme, et culte des ancêtres. Peu à peu, tous ces cultes de la fertilité, ces vénérations de la nature, parfois capricieuse (tremblements de terre, typhons, tsunamis, etc), se sont amalgamés et codifiés pour former le shinto. Les origines du shintoïsme remontent très loin dans le passé, peut être à la culture Jomon (environ 15 000 à 300 av. J.-C.) ou sans doute à la culture Yayoi (d’environ 300 av. J.-C. à 300 après J.-C.). L’introduction de la culture du riz semble avoir apporté avec elle des rites liés aux semailles et à la moisson, probablement très proches des rituels shintoïstes encore pratiqués aujourd’hui dans les campagnes japonaises.
3O0A6903 Le bouddhisme fut quant à lui importé de Chine et de Corée à partir des Ve et VIe siècles, il est donc fortement influencé des bouddhismes chinois et coréen, mais aussi par le shintoïsme. En 592, après des luttes d’influence avec le shinto, le bouddhisme fut déclaré religion d’État. Le bouddhisme s’est introduit par le « haut », dans les classes sociales dominantes, avant d’atteindre le peuple, car ses enseignements relativement difficiles ne pouvaient pas encore être compris par l’ensemble de la population, non lettrée, du Japon.

TodaiDaibutsulong
L’histoire du temple de Todai-ji de Nara illustre particulièrement cette symbiose. Lorsque la statue du Grand Bouddha a été érigée, un oracle du dieu shinto Hachiman rapporte vouloir protéger le Grand Bouddha en construction. On raconte même que l’oracle aurait permis la découverte du gisement d’or qui a permis de réunir suffisamment de minerai pour dorer la statue colossale. Hachiman devient ainsi une divinité protectrice du temple bouddhiste et son culte est déplacé à Nara, sur le site même du Tōdai-ji.
NaraTodaijiDaibutsu400Une même personne peut aller prier au sanctuaire shinto au nouvel an pour une bonne année et avant les examens d’entrée à l’école pour implorer son succès, puis plus tard avoir un mariage à l’occidental dans une église5 plutôt qu’un mariage shinto, et enfin des funérailles dans un temple bouddhiste. Les rites funéraires, d’origine bouddhiste et shintoïste, consistent en une crémation du corps puis une mise en terre des cendres dans la tombe familiale et il fêtent le 25 décembre en famille autour d’une bonne bûche de noël.